Bilan tardif au Xinjiang : 45 morts après l’attaque d’une houillère

Les faits précis n’ont jamais été relatés dans la presse officielle. Le 18 septembre selon radio free asia,une radio americaine basée à Washington disposant de correspondants ouigoures, un commando « séparatiste » a attaqué les dortoirs des employés de la houillère Sogan à Baicheng près d’ Aksu au Xinjiang. Les employés pour la plupart des migrants du Sichuan ont été pris en otage. Les assaillants ont forcé les portes avec des camions de charbon. Le personnel de sécurité renforcé par la police a repris possession des dortoirs avec 400 personnes sur 6 étages en ouvrant le feu sur le commando. Au moins 5 policiers ont été tués à l’arme blanche mais aussi des otages chinois pour la plupart. Cette attaque terroriste n’a pas été revendiquée. Il faudra attendre le lendemain des attentats du 13 novembre à Paris pour apprendre de source officielle que le bilan est  de 17 morts le premier jour  et de 28 morts au terme d’ une  traque policiere et militaire  de 56 jours (personne n’a précisé quand  avaient été déclenchées les opérations pour retrouver trois notables ouigoures de Baicheng partis se cacher avec leurs familles dans la montagne ). La grotte ou se cachait les trois leaders présumés de l’attaque, tous ouigoures, a été détruite à l’explosif avec pour conséquence la disparition de femmes et d’enfants. Personne n’a jamais expliqué s’il y avait eu en amont de la prise d’otage un quelconque différent avec les propriétaires de la mine Sogan ou quel serait le lien avec le groupe islamiste influent dans cette région frontalière,le MITO, Mouvement islamiste du Turkistan Oriental déja cité dans l’attentat Place Tian An Men le 28 octobre 2013. Ce groupe dont l’origine reste à situer, peut-etre au Waziristan (zones tribales du Pakistan) fait dire à la Chine qu’elle est attaquée comme les pays occidentaux et qu’elle attend de leur part la meme compassion et solidarité pour les victimes innocentes chinoises qu’elle en exprime pour les victimes des attentats de Paris.

 
3
L'auteur

Depuis Pékin, Philippe Reltien couvre l'actualité de la Chine et de sa région.

À lire aussi

Vos commentaires

Réagir à l’article
  1. enfaitpourquoi

    On ferait peut-être mieux de faire comme les Chinois et donc de ne pas mettre systématiquement les attentats terroristes en page une des médias; jusqu’à présent on voit bien les résultats de cette stratégie de communication à tout prix: les groupes terroristes adorent cette publicité, et s’empressent alors de préparer les attentats suivants.

    • Philippe Reltien

      Je ne crois pas pour une raison simple. Maintenir l’opacité est le meilleur moyen de faire croire .
      Et quand on fait croire que la sécurité est assurée en niant l’évidence, on court à la catastrophe.

      • enfaitpourquoi

        Quand il y a opacité, personne n’est au courant, alors je ne vois ce qu’on pourrait imaginer… à moins d’imaginer que partout où l’on n’entend parler de rien, il y a des attentats qui se passent, ou qui vont se passer… un peu trop paranoïaque comme situation.
        D’autre part, ce n’est pas en parlant de sécurité, qu’on a des armes assez efficaces pour empêcher les attentats… regardez le plan Vigipirate porté à son niveau maximum – ah qu’on l’a entendu être vanté la sécurité quasi ultime pour les Français ! – et pourtant les attentats de Paris …

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *