3 ans, 4 votes

A l’approche des élections européennes, retour au blog après une longue absence. Le Royaume-Uni entre dans une période de grande incertitude politique avec quatre votes cruciaux d’ici à 2017. Revue des scrutins et de leurs enjeux. Et pronostic.

Elections européennes (et locales) | 22 mai 2014

“Crucial”, on exagère un peu. Ce scrutin est naturellement secondaire, toujours marqué par une forte abstention. Mais il va conditionner le climat politique des prochains mois et donner une idée du rapport de forces. Le Royaume-Uni doit élire 73 députés européens, un de moins que la France. Il faudra suivre en particulier le score des eurosceptiques du Ukip (youkip) dont on a parlé sur France Info ici et . Plusieurs sondages donnent le parti de Nigel Farage vainqueur avec plus de 30% des voix, devant les travaillistes et les conservateurs. Ce serait une progression spectaculaire pour ce mouvement populiste longtemps considéré comme marginal. Le Ukip a déjà obtenu de bons résultats aux européennes, plus de 16% en 2004 et en 2009, mais s’est effondré ensuite aux élections générales. Cette fois il espère perturber le jeu politique durablement et entrer au Parlement l’an prochain. Farage a toutefois besoin d’une victoire. Il l’a annoncée. Tout autre résultat l’affaiblirait.

Pronostic : courte victoire du Ukip, les travaillistes et les conservateurs dans un mouchoir.

Référendum sur l’indépendance de l’Ecosse | 18 septembre 2014

Un vote fondamental qui peut changer le visage du Royaume-Uni. Les indépendantistes n’avaient semble-t-il aucune chance de l’emporter mais ils ont rattrapé une bonne partie de leur retard dans les sondages. Il n’est plus absurde d’imaginer l’Ecosse quitter le pays (les enjeuxici et ). La classe politique ne survivrait pas au divorce. On voit mal David Cameron, l’homme qui a autorisé le référendum, rester Premier ministre après un tel camouflet.

Pronostic : les indépendantistes s’inclinent avec les honneurs, 47%-53% ; l’Ecosse demande et obtient une autonomie renforcée.

Elections générales | 7 mai 2015

Si les unionistes l’emportent en Ecosse, la vie politique suivra son cours jusqu’aux élections générales. Le scrutin le plus indécis au Royaume-Uni depuis 70 ans, selon le Guardian. Plusieurs scénarios possibles : un gouvernement travailliste ou conservateur, une coalition Tories/Lib-dem ou Labour/Lib-dem, voire Tories/Ukip… Les derniers sondages sont favorables aux conservateurs, pour la première fois en tête depuis deux ans. Le redressement de l’économie joue en leur faveur mais de nombreux Britanniques ne perçoivent pas la reprise et sont sensibles aux arguments du Labour sur “la crise du coût de la vie”.

Pronostic : Ed Miliband ne convainc pas les Britanniques ; David Cameron refait alliance avec les Lib-dems et reste à Downing Street.

Le référendum sur l’appartenance à l’UE | Fin 2017 (?)

Cette consultation n’aura peut-être jamais lieu mais elle est inscrite dans le débat politique. A Londres comme à Bruxelles, chacun a désormais à l’esprit une possible sortie du Royaume-Uni de l’UE. David Cameron a promis ce référendum en cas de réélection. Il a même annoncé que s’il ne pouvait pas tenir son engagement, il renoncerait au poste de Premier ministre. Cela l’oblige soit à remporter une victoire franche en 2015, soit à convaincre les libéraux-démocrates qu’un vote sur l’UE est nécessaire. Si le travailliste Ed Miliband s’installe à Downing Street, il n’y aura sans doute pas de référendum.

Pronostic : David Cameron a obtenu en 2015 un nouveau mandat de Premier ministre, le référendum sur l’Europe a donc bien lieu fin 2017 ; les Britanniques votent pour le maintien dans l’UE à une courte majorité.

(Naturellement, l’auteur se donne le droit de corriger les pronostics ci-dessus dans les semaines/mois à venir pour préserver un semblant de crédibilité) ;-)

Vos commentaires

Réagir à l’article
  1. farmer

    Voici un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *