David Cameron et le piège européen

David Cameron et le piège européen

David Cameron ne voulait surtout pas que son mandat de Premier ministre soit hanté par l’Europe. Raté.

La crise de l’euro est passée par là et l’Union européenne obsède les commentateurs et la classe politique britanniques.

L’europhobie est aujourd’hui virale. Une épidémie qui frappe toutes les classes sociales, tous les partis (à l’exception des libéraux-démocrates, et encore). En résumé, vu de Londres, la vie serait nettement plus simple sans Bruxelles !

Une socialiste londonienne à l’Assemblée

Une socialiste londonienne à l’Assemblée

La candidate du PS, Axelle Lemaire, est devenue hier la première députée de la 3ème circonscription des Français de l’étranger, celle d’Europe du nord, dont 80% des électeurs vivent au Royaume-Uni.

Elle a rassemblé 54,76% des suffrages (9679 voix) contre 45,24% (7997) pour la candidate de l’UMP Emmanuelle Savarit. Une députée mal élue puisque la participation est à peine de 20%, encore moins qu’à la présidentielle (30% environ). Cette forte abstention s’explique par plusieurs facteurs : les ratés du vote par internet (je n’ai moi-même jamais reçu l’identifiant me permettant de voter alors que le consulat m’a confirmé que mes coordonnées étaient exactes et avaient été transmises dans les délais), le manque d’information des électeurs, leur aquoibonisme (à quoi peut bien servir un député des Français de l’étranger?), leur faible implication dans une campagne plus nationale, plus domestique, que la présidentielle, etc.

Boris vs Ken, l’autre élection de la semaine

Boris vs Ken, l’autre élection de la semaine

En Angleterre, on les appelle par leur prénom. Car Boris Johnson, le conservateur, et Ken Livingstone, le travailliste, sont des figures de la vie politique nationale.

Les deux hommes s’affrontent ce jeudi 3 mai dans la principale bataille des élections locales britanniques : la mairie de Londres.

7 candidats en lice (toutes les infos sur le scrutin ici) mais pour faire court, le vote se résume à un choc “Boris vs Ken”, avec un net avantage donné par les sondages (entre +2 et +8) au sortant Boris Johnson qui avait soustrait la mairie à son rival en 2008.

The Economist “se paie” François Hollande

The Economist “se paie” François Hollande

“The rather dangerous Monsieur Hollande” : c’est la une de The Economist daté du 28 avril. Inutile de traduire, le magazine libéral britannique vote Nicolas Sarkozy à la présidentielle française. On notera toutefois une légère nuance : rather dangerous, plutôt dangereux, une référence au “I’m not dangerous” prononcé par François Hollande lors de sa visite fin février à Londres. Le jugement n’est donc pas radical. Quoique…

DSK, invité encombrant à Cambridge

DSK, invité encombrant à Cambridge

Dominique Strauss-Kahn était donc hier à Cambridge. Vous n’y avez sans doute pas échappé, peu de médias français ont fait l’économie de ce déplacement aussi scruté qu’une visite d’Etat.

DSK était convié à parler économie devant les membres de la Cambridge Union Society, principale association étudiante de l’université. Parmi les nombreux invités de ses deux siècles d’histoire : Winston Churchill, le Dalai Lama, John Major, Jesse Jackson, Jean-Marie Le Pen, Julian Assange, etc. Au téléphone, la présidente de la CUS, Katie Lam, jure ses grands dieux que “l’ancien patron du FMI a été contacté en 2010″, bien avant l’affaire du Sofitel, et qu’il ne s’agit en aucun cas de créer la polémique en accueillant un personnage controversé. “Il est très compétent en matière de finance et d’économie ; nos membres ont hâte de l’entendre”.