Dans les ruines d’Amatrice

Le 24 août 2016, un séisme d’une magnitude de 6,2 secouait les Appenins. Amatrice, qui allait célébrer sa fête annuelle de l’Amatriciana, sombre. Le terremoto fait près de 300 morts et des milliers de sans-abris. 

Sortie de ma torpeur estivale, et revenue dare-dare en Italie (adieu crabes, mulets et vagues atlantiques) me voilà à Amatrice et dans les communes environnantes, à saisir l’âpreté de la vie. Quand la montagne que l’on chérit devient votre tombeau. Des heures de route en montagne, des éboulements, des larmes et des secousses en pleine nuit. Amatrice été 2016.

Reportage à Arquata del Tronto sous les tentes des rescapés 

Ceux qui ne veulent pas partir

Et un mois plus tard auprès de Nando, un restaurateur qui refuse de quitter son jardin. Face aux ruines de son restaurant, il a planté une tente, aménagé une caravane, et espère un jour reconstruire quelque chose à Amatrice. En attendant, il fait froid, il pleut et les routes sont toujours coupées, le jour où nous le rencontrons, fin septembre 2016, un mois après le séisme mortel, qui lui a dérobé « tous ses vieux copains ».

 
0
L'auteur

Mathilde IMBERTY 38 ans Correspondante à Rome pour Radio France Ma mission : retranscrire la complexité de l'actualité italienne et les soubresauts de la vie vaticane. Sous l'ère François et Matteo

À lire aussi

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *