Le cimetière méditerranéen – retour sur le naufrage le plus meurtrier à ce jour

Le Tribunal de Catane (Sicile) condamne le capitaine du chalutier, coulé le 18 avril 2015, à 18 ans de prison. Son second écope d’une peine de 5 ans de prison. Le jugement a été rendu le 13 décembre 2016. Le naufrage au large du Canal de Sicile reste le plus meurtrier à ce jour, avec plus de 700 victimes.

Près de 5 000 migrants sont morts depuis le début de l’année en tentant de traverser la Méditerranée. Plus de 10 000 depuis 2014. Et voilà que l’Italie se lance dans une opération inédite. Elle va tenter d’identifier les cadavres des victimes du naufrage du 18 avril 2015, le plus mortel à ce jour en Méditerranée.

Quand l’Italie se lance dans une opération d’identification inédite sur les cadavres de migrants. Sans faire les gros titres.

Pour France Info et France Culture je me suis rendue en Sicile auprès des autorités italiennes, des médecins et des ONG qui participent à cette opération.

Elle se déroule sur le port d’Augusta dans un hangar transformé en morgue. A l’intérieur du hangar, des médecins légistes venus de toute l’Italie. Une dizaine d’Universités collaborent à l’identification des corps.Les prélèvements sont effectués en Sicile. Puis transportés à Milan, au LABANOF laboratoire spécialisé dans les recherches post mortem. 60 médecins légistes travaillent à l’identification de ces corps, encadrés par une professeur de Milan, Cristina Cattaneo.

L’épave du chalutier gisait à 370 mètres de profondeur. A l’intérieur des centaines de cadavres et autres objets permettant d’identifier les disparus

Donner un nom aux morts pour apaiser la souffrance des vivants

On sait que le plus jeune migrant avait 7 ans le plus âgé 30. Non loin des corps ont été repêchés des téléphones, brosses à dents, numéros de téléphone, la carte de visite d’un garage à Gao au Mali… Des indices envoyés dans les pays d’origine.

La Professeure Cattaneo assure travailler surtout pour les vivants, les proches de ces disparus en mer. Car dit – elle sans identification, le deuil est compliqué. L’Italie en a fait une opération symbole. L’ancien Président du Conseil Italien Matteo Renzi souhaitait faire installer l’épave devant les autorités européennes à Bruxelles, afin que ce bateau et ses morts deviennent un avertissement pour toute l’Europe.

Les images de l’opération

La chaîne Sky Atlantic diffusait dimanche 27 novembre le documentaire « Com’è profondo il mare » relayaient les images de cette opération de renflouement et d’identification inédite.

 

 

 
0
L'auteur

Mathilde IMBERTY 38 ans Correspondante à Rome pour Radio France Ma mission : retranscrire la complexité de l'actualité italienne et les soubresauts de la vie vaticane. Sous l'ère François et Matteo

À lire aussi

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *