Comment le Guardian a rencontré Edward Snowden

Si vous aimez les romans d’espionnage, vous allez adorer cette histoire.

Le Guardian révèle ce matin comment il est entré en contact avec Edward Snowden, à l’origine d’un des plus importants scandales d’espionnage des cinquante dernières années.

Pour rappel, ce garçon de 29 ans, employé d’un sous-traitant de la NSA, l’Agence de sécurité US, a fourni au journal britannique des informations ultra-confidentielles qui mettent en lumière différents programmes de surveillance américains, en particulier PRISM grâce auquel Washington peut récolter des données sur les principaux réseaux sociaux.

Edward Snowden est ainsi devenu une célébrité mondiale. Les uns voient en lui un traître, un jeune homme irresponsable et narcissique ; les autres encensent un héros, bienfaiteur de la démocratie.

[youtube]https://youtu.be/_Z99qFwsDmU[/youtube]

Déterminé à faire connaître les méthodes des renseignements US, Snowden contacte d’abord le Washington Post. Il ne fait pas confiance au New York Times, l’autre grand titre de la presse américaine, qui a commis à ses yeux l’erreur, en 2004, d’attendre plus d’un an avant de sortir un scoop sur les méthodes d’espionnage discutables (déjà!) de l’administration Bush. Au final, le Post le déçoit également. Il révèlera toutefois une partie du scandale.

Edward Snowden se tourne alors vers Glenn Greenwald, journaliste et blogueur américain, célèbre sur la Toile, obsédé par la défense des libertés publiques. Greenwald travaille notamment pour le Guardian qui dispose d’une équipe de 29 reporters aux Etats-Unis pour alimenter l’édition US de son site internet, l’un des plus visités au monde, après ceux du Daily Mail et du New York Times.

Approché en février, Greenwald est d’abord circonspect. Il se méfie de Snowden qui lui suggère de mettre en place un mode de communication crypté pour échanger des informations sur internet. Une journaliste free-lance, Laura Poitras, déjà en contact avec Snowden, convainc Greenwald de prendre l’affaire au sérieux.

Le journaliste, qui vit au Brésil, suit les conseils de l’agent de la NSA pour crypter ses emails. Il reçoit les premiers documents en mai. Sidéré, il part le 31 mai à New York rencontrer les rédacteurs en chef du Guardian. Le jour suivant, il s’envole avec Laura Poitras pour Hong-Kong où s’est réfugiée leur source.

Le rendez-vous est fixé dans un hôtel. Personne ne sait à quoi ressemble Snowden. Dans le hall d’entrée, Greenwald et Poitras doivent demander à voix forte l’adresse d’un restaurant. C’est ainsi que Snowden, sans doute tapi dans l’ombre ou assis derrière un journal (scène de film!), saura qu’ils sont arrivés. Les deux journalistes rejoignent une chambre où se présente peu après le jeune homme. Comme prévu, il a en main un Rubik’s cube !

Greenwald et Poitras s’attendaient à rencontrer un vieux crocodile des renseignements américains. Ils découvrent un gamin de 29 ans et craignent d’avoir fait le voyage pour rien. Une heure plus tard, l’argumentaire stupéfiant de Snowden les rassure. Ils mènent dans sa chambre une série d’interviews filmées. Edward Snowden tient à dévoiler son identité et son visage. Une décision qui change sa vie à jamais.

Glenn Greenwald promet d’autres révélations. D’après le Guardian, “la saga est loin d’être terminée”.