Les Anglais et l’amour des jardins

Les Anglais bêchent, binent, sarclent, sèment, cultivent, taillent, tondent… En un mot, ils jardinent. Une passion nationale. Et un élément incontournable de la britishness.

En témoigne le Chelsea Flower Show, grande fête des jardins organisée chaque année au mois de mai par la Royal Horticultural Society. La 100ème édition a pris fin ce week-end. L’occasion de découvrir ce qui peut bien attirer plus de 150.000 spectateurs en 5 jours. L’événement, prestigieux, affiche toujours complet. Un must de l’English summer.

Quand on n’y connaît rien en botanique, le succès du Chelsea Flower Show laisse pantois. La Reine et de nombreuses vedettes s’y déplacent tous les ans. Les journaux proposent des numéros spéciaux, et la BBC consacred’interminables émissions à ce rendez-vous horticolo-mondain.

Les visiteurs s'agglutinent pour regarder...des plantes. © Franck Mathevon / Radio France Les visiteurs s’agglutinent pour regarder…des plantes. © Franck Mathevon / Radio France

Des récompenses sont attribuées aux plus beaux jardins. Voici par exemple le premier prix 2013, l’œuvre des Australiens de Fleming’s Nurseries (nursery signifie crèche mais aussi pépinière en anglais) :

Bon, la photo n’est pas terrible mais franchement, difficile pour le béotien de s’extasier. Précision importante : les couleurs sont paraît-il inhabituellement ternes cette année. Le printemps tardif aurait refroidi les sols au point que les plantes tropicales et chatoyantes ne peuvent s’épanouir. Pas de chance.

Le visiteur enthousiaste contemple malgré tout un large échantillon de jardins inspirés des traditions du monde entier. Il découvre de nouvelles variétés de plantes, les végétaux à la mode, comme l’embothrium coccineum (si si…).

En se promenant dans les allées, il trouve bien sûr aussi de quoi décorer ses espaces verts, fleurir son balcon, acheter une brouette dernier cri ou une tondeuse multifonctions.

Le Chelsea Flower Show est, pour les uns, un magnifique hommage aux jardins, une ode à la nature, une parenthèse verdoyante dans un monde bétonné.

Pour les autres, une énigme.