Le manuel du parfait Britannique

Depuis quelques années au Royaume-Uni, vous devez passer un test si vous souhaitez obtenir la citoyenneté britannique. Une condition insuffisante mais nécessaire à la naturalisation. Un nouveau questionnaire à choix multiple de 45 minutes sera mis en place au mois de mars.

Le manuel du parfait Britannique © DR Le manuel du parfait Britannique © DR

Le gouvernement met en vente aujourd’hui un guide pour préparer cet examen, Life in the United Kingdom : A Guide for New Residents. Pour décrocher le sésame, il faut un 15/20, 75% de bonnes réponses aux 24 questions du QCM.

Vous pouvez faire un essai ici. Un échantillon de dix questions a été dévoilé par le Home Office. Fastoche, me direz-vous;-)  Pas sûr…

Ce qui est intéressant, c’est que la Britishness (en français Britannicité, Britannitude, voire Britannisme), en clair l’identité britannique, a été redéfinie par le gouvernement Cameron. Pour devenir un citoyen du Royaume-Uni, il n’est plus nécessaire de savoir où trouver les horaires des trains ou comment fonctionne un compteur d’eau, il faut désormais connaître les traditions nationales, l’Histoire et la culture du pays.

Dans le nouveau manuel de 180 pages Life in the UK, vous trouverez ainsi des informations sur tout ce qui suit, en vrac : les jardins anglais, David Hockney, Margaret Thatcher, l’amiral Nelson, les Beatles, Benjamin Britten, Rudyard Kipling, Andrew Lloyd Webber, les Monty Python, le Christmas pudding, Jessica Ennis, Spitting Image, Stonehenge, William Shakespeare, Geoffrey Chaucer, Coronation Street, Jane Austen, Peter Mansfield, James Goodfellow, les relations entre la Grande-Bretagne et l’Irlande, la monarchie, la peste noire, The Morecambe and Wise Show, Winston Churchill…

Malgré l’apparente facilité des 10 questions de l’examen blanc dont vous trouvez le lien plus haut, le nouveau test de citoyenneté britannique suppose une vaste connaissance du pays. Et une connaissance “orientée”, dénoncent les associations de défense des droits des immigrés. Le guide Life in the UK vante les mérites de Margaret Thatcher sans mentionner la grève des mineurs, il ne dit pas un mot des milliers de morts que l’Empire britannique a laissés derrière lui dans ses anciennes colonies, il n’évoque pas l’argument mensonger −les armes de destruction massive− qui a conduit Tony Blair à intervenir en Irak aux côtés des Américains, etc.

Par ailleurs, exige-t-on les mêmes connaissances de ceux qui ont déjà la nationalité britannique ? L’identité nationale ne se définit-elle pas plus par des valeurs que par des connaissances partielles, scolaires et subjectives ?