Le Shard, la Tour Eiffel de Londres

Sa silhouette effilée est devenue un élément incontournable du paysage londonien. The Shard, plus haut gratte-ciel d’Europe (hors Russie), n’a longtemps été qu’une coquille. Il ouvrira enfin ses portes au public le 1er février 2013.

Cette flèche de verre, sortie de terre en 2009 sur la rive sud de la Tamise, dans l’est de la ville, culmine à 310 mètres. Un nouveau voisin prestigieux pour les figures du quartier, Borough Market, London Bridge ou Tower of London.

The Shard vu de Tower Bridge. © Franck Mathevon / Radio France The Shard vu de Tower Bridge. © Franck Mathevon / Radio France

Le gratte-ciel conçu par Renzo Piano et son équipe d’architectes n’échappe pas aux controverses. On l’accuse de faire de l’ombre à plusieurs monuments historiques. Mais pour un nouveau bâtiment aussi ambitieux et imposant, la polémique est une évidence. Et somme toute, The Shard a de l’allure.

A partir du 1er février, The View From The Shard offrira aux touristes du monde entier un belvédère unique, à 360 degrés, avec une vue exceptionnelle sur Londres, mégapole qui juxtapose les époques et marie les architectures, capitale anarchique, brouillonne, mais débordante d’énergie, l’une des trois Villes Globales théorisées par Saskia Sassen avec New York et Tokyo.

The Shard vu d'en bas. © Franck Mathevon / Radio France The Shard vu d’en bas. © Franck Mathevon / Radio France

The Shard correspond à l’évolution urbaine de Londres, l’histoire d’une cité en perpétuel mouvement où la modernité rencontre le Moyen-Age. On trouve ainsi au pied du Shard un grand carrefour ferroviaire, London Bridge, bâti au-dessus d’un site romain face à la cathédrale Saint-Paul, chef d’œuvre de la fin du XVIIème, et à Tower of London, forteresse du Xème siècle.

C’est d’abord cette variété, cette cacophonie, qui frappent le visiteur arrivé au 72ème étage du bâtiment. Nous sommes à 244 mètres au-dessus du sol et le panorama est impressionnant. Pourtant, soyons clairs, la vue n’est pas aussi belle que du haut de la Tour Eiffel ou de l’Empire State Building, deux références pour le Shard qui aspire à devenir à Londres ce que ces deux géants sont à Paris et New York, un emblème.

Voici ce que l’on voit du haut du Shard :

The Shard, financé à 95% par le Qatar, espère attirer un à deux millions de touristes chaque année. Le bâtiment offrira bientôt une multitude de services : hôtel, restaurants, bars, boutiques… The View deviendra le 1er février la première attraction du gratte-ciel. Vous pourrez alors juger vous-mêmes si le panorama mérite le détour. Les promoteurs du projet en sont convaincus. Sachez qu’il faudra débourser 24,95£ (environ 30 euros) pour accéder à la plateforme. Dominer Londres a un prix.