The Economist, le donneur de leçons

Une fois de plus, The Economist fait la leçon à la France dans sa dernière édition.

Un dossier spécial de 14 pages intitulé “La bombe à retardement au cœur de l’Europe”.

The Economist est l’un des très rares médias au monde dont les commentaires sont considérés comme des informations. Au point que ses articles suscitent des réactions au plus haut niveau de de l’Etat.

La Une de The Economist © DR La Une de The Economist © DR

Le magazine s’appuie sur des vérités économiques, le fort déficit public de la France, le niveau très élevé de la dette, mais au fil des pages, il livre plus un pamphlet qu’un rapport documenté sur les forces et faiblesses du pays.

Ne pas se méprendre : The Economist est un journal britannique d’opinion. Ce que tendent à oublier les médias français qui s’emparent chaque semaine avec gourmandise de ses commentaires.

Tous devraient rappeler à chaque citation la ligne éditoriale de The Economist. Un magazine (très) libéral, partisan du moins d’Etat, europhile, qui adopte des positions tranchées sur de nombreux débats de société. Il soutient par exemple le mariage gay, la légalisation des drogues ou l’ouverture des frontières en matière d’immigration.

On est en droit de partager ou non cette vision du monde, le dossier spécial sur la France voit souvent juste et mérite une lecture attentive, mais accorder autant d’importance au jugement d’un magazine d’opinion dont aucun article n’est jamais signé, fût-il lu par une élite et rédigé par des journalistes sérieux et compétents, ne laisse pas de surprendre.